Petit guide de survie

PAR Éric MénardPosted on

Ah l’hiver! Dur rappel que nous sommes des motocyclistes vivant dans un pays nordique. Pauvres de nous. Je pense, envieux, à mes amis vivant en Californie ou en Espagne et qui peuvent rouler toute l’année. Maudits chanceux.

Par contre, je me console quand je me retrouve devant mon ordi avec un bon café ou, s’il est plus tard, une petite bière. Là, j’y retrouve mes différentes communautés qui, tout comme moi, passent l’hiver en rêvant d’un autre été aussi magnifique pour rouler que le dernier. Ces amis qui, après quelques rencontres estivales lors de sorties ou de rencontres fortuites, redeviennent, sous la rigueur de notre climat canayen, des amis virtuels.

Une chance qu’on s’a! En visitant vos pages Web, en discutant avec vous sur ma fanpage Facebook, en participant à vos quelques 5 à 7 pour jaser motos ou simplement en suivant vos fils de groupes Facebook et Instagram, je me retrouve dans notre univers commun et ça me fait du bien. Au fil des discussions, des échanges et des affichages de photos, de vidéos ou de simples caricatures, je cultive mon amour de la moto et j’apprends toujours quelque chose.

Je suis un peu moins fan des forums où on retrouve parfois malheureusement les fameux trolls. Ces êtres frustrés de naissance ou à la suite d’un choc nerveux qui viennent polluer les discussions de leur fiel infini. Sinon, plusieurs forums sont aussi intéressants pour échanger sur nos passions, nos bobos, nos randos et nos projets de moto. Certains disent que, de nos jours, les gens sont rivés à leurs écrans et ne se parlent plus. Je trouve que c’est parfois vrai dans les lieux publics, ce qui réduit les chances de faire de nouvelles connaissances, mais qui a-t-il de mal à regarder son écran si on discute de nos passions avec nos amis?

Nos ancêtres pas si lointains passaient leurs hivers encabanés autour du poêle en lisant des livres ou de rares journaux, prenaient un petit coup, préparaient leurs équipements de culture et passaient pas mal de temps à faire des petits. Autres temps, autres mœurs. En cette ère post 2.0, nous avons maintenant le loisir de continuer à échanger sans subir les affres de l’hiver. Du moins pas aussi durement. On peut même, si on n’en peut plus, prendre facilement un avion pour une destination moto ou même faire livrer notre moto en plein cœur du Colorado pour aller se réchauffer les fesses et l’âme. Belle époque.

Si le cœur vous en dit, tapez motojournalweb.com dans votre fureteur ou @motojournal sur Facebook et détendez-vous en attendant que le banc de neige ne dépasse plus vos repose-pieds.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Liberté, asphalte et légendes – 100 ans de moto au Québec – Rencontre avec les auteurs Catherine David et Charles-Édouard Carrier


Lancement de presse – Aprilia RS660 2021


Les toutes nouvelles 2023 Ninja ZX-4R et ZX-4RR 2023 se joignent à la famille des supersport de Kawasaki


Cinq nouvelles marques arrivent chez Parts Canada


Harley-Davidson démarre son 120e anniversaire en dévoilant ses motos de 2023


Ducati termine une année extraordinaire : avec 61 562 motos livrées dans le monde, 2022 est une année record