Ducati Hyperstrada: Une hyper au tempérament plus cool

PAR James NixonPosted on

…Et mieux adaptée pour les escapades touristiques
À la fin du texte précédent, je disais souhaiter que Ducati concocte une Hypermotard plus conviviale, notamment avec un pare-brise, pour faciliter les sorties un peu plus longues. Eh bien, on dirait qu’ils m’ont écouté… Quelques mois plus tard, j’ai pu essayer la Hyperstrada en Californie lors du lancement des nouvelles Scrambler.

Qu’est-ce qui différencie l’Hyperstrada de l’Hypermotard SP au tempérament nerveux que j’ai essayée l’automne dernier? Elle coûte environ 2000 $ de moins (14 295 $). La fourche n’est pas ajustable; sur l’amortisseur arrière, on peut ajuster la précharge du ressort et l’amortissement en détente. Côté pneumatiques, Ducati a opté pour des Pirelli Scorpion Trail. La selle est plus basse (830 mm), plus large et plus étagée. L’empattement est plus court (1490 mm au lieu de 1505 mm) et le triangle formé par le guidon, la selle et les repose-pieds est plus compact. Cela dit, le poste de pilotage demeure spacieux et confortable. La machine est dotée d’une plaque de protection sous le moteur, de garde-boue plus grands et d’une béquille centrale, ce qui fait qu’elle est légèrement plus lourde (poids annoncé de 204 kg, tous pleins faits). Il y a également deux prises 12 V pour brancher des accessoires. Et, bien sûr, il y a le pare-brise et les valises livrées de série.

Mais la plus grande différence, c’est l’attitude généralement plus cool de l’Hyperstrada, et son impact sur votre conduite. La puissance maximale (110 ch selon la firme) et le couple maximal (65,8 lb-pi) du V-2 Testastretta sont identiques, mais ils sont livrés de façon plus veloutée. Les trois modes de conduite (Sport, Tourisme et Ville) accentuent cet effet adoucissant en livrant une réponse moteur plus fluide et plus raffinée que celle de l’Hypermotard SP. Au final, il en résulte une expérience de conduite plus relaxe.

Sur la route, l’Hyperstrada demeure une Ducati, et même avec un tempérament plus calme, elle sait négocier les courbes californiennes avec aplomb. Le levier d’embrayage est léger, la transmission est précise et la réponse de l’accélérateur est nette (mais comme l’Hypermotard, elle n’aime pas les trop bas régimes). Par contre, à cause de sa suspension plus molle, elle s’enfonce parfois dans les virages et la béquille centrale fait de longues traînées d’étincelles (personnellement, je l’enlèverais tout simplement).

Est-ce que l’Hyperstrada a ce qu’il faut pour le grand tourisme? Pas vraiment. Les valises sont plutôt petites. Le pare-brise fait un bon travail pour mettre le torse à l’abri du vent, mais il est assez petit lui aussi. Quant à la selle, elle est plus souple que celle de la SP, mais son étagement réduit le choix de positions. Mais alors, est-ce que l’Hyperstrada est supérieure à l’Hypermotard pour les longues randonnées et les petites escapades touristiques? Certainement!

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Le Salon de la moto de Montréal a attiré près de 33 000 personnes


Harley-Davidson présente la nouvelle Softail Standard


KTM annonce le 4e KTM ADVENTURE Rally Canada


La SAAQ dévoile 14 recommandations pour améliorer la sécurité des motocyclistes


Le Salon de la moto de Québec a attiré 14 000 passionnés


La moto réduit le stress et améliore la concentration