L’Américain Nick Wey remporte la 33e édition du Supermotocross Monster Energy

PAR Moto JournalPosted on

– En Kaven Benoît, le public québécois se découvre un nouveau héros

C’est le vétéran américain du Michigan, Nick Wey sur Kawasaki qui a remporté ce soir, la grande finale du Supermotocross Monster Energy, présenté par Coors Light et Parts Canada/Thor, devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs survoltés au Stade olympique de Montréal. Deux autres Américains, Teddy Maier (Kawasaki) et Troy Adams (Kawasaki) l’ont accompagné au podium de cette 33e édition du populaire événement automnal. Mais c’est de loin la finale du MX2 qui aura particulièrement réjoui la foule, en raison de la spectaculaire victoire du Québécois Kaven Benoît (KTM).

La classe-reine de l’événement avait eu l’honneur d’amorcer la soirée avec deux séances qualificatives. Lors de la première sortie, c’est l’Américain Nick Wey (Kawasaki) qui l’emporta, devançant son concitoyen et vainqueur en 2009, Jason Thomas (Suzuki) et un autre Américain, Josh Demuth (BMW). Lors de cette première séance de qualifications, le Sherbrookois Simon Homans (Honda) s’est aussi assuré une place en finale en prenant la 9e place. La seconde éliminatoire fut l’affaire du Floridien Matt Goerke (Yamaha), vainqueur face à la jeune sensation de 16 ans, Justin Starling (Honda), aussi de Floride et Philip Nicoletti (KTM) de l’État de New York. Le Jeannois Tim Tremblay (Kawasaki) s’est aussi qualifié pour la finale avec une fort belle 4e place.
 
Après la séance de qualifications de l’Endurocross où l’Américain Mike Brown (KTM) s’est avéré le plus rapide à négocier le parcours accidenté devant le Hongrois Kornel Nemeth (KTM), le Polonais Bartosz Oblucki (Husqvarna) et le Québécois Guy Giroux (Husqvarna), la séance de repêchage du MX1 aura permis au Québécois Kaven Benoît (KTM) de faire étalage de son talent en filant en tête de la course dès le départ avant de triompher avec une avance de près de sept secondes. Marc-Antoine Généreux (Kawasaki) est aussi passé à la finale avec une 4e place.
 
Par la suite, les deux séances de qualifications en VTT ont fait respectivement pour vainqueurs l’Américain de Pennsylvanie John Natalie (Can-Am) et le Québécois Jasmin Plante (Yamaha) qui a devancé son rival de toujours, le Lévisien Richard Pelchat (Can-Am). Plus tard en soirée, c’est finalement l’Américain Natalie qui a remporté la grande finale. Il a été rejoint au podium par le Québécois Pelchat et un autre Américain, Cody Miller (Can-Am). Sorti en première place des blocs, le Québécois Jasmin Plante a chuté dans le premier virage et s’est retrouvé à l’arrière du peloton après s’être relevé. Bobby Desjardins (KTM) de Ferme-Neuve a pris le 4e rang.

 La première grande finale de la soirée mettait en vedette les vingt-cinq Canadiens qualifiés en après-midi en classe MX2. Au terme d’une finale de 12 tours qu’il a dominée dès le signal du départ, Kaven Benoît de Notre-Dame-du-Bon-Conseil a été tout simplement éblouissant, devançant son plus proche poursuivant, l’Ontarien Tyler Medaglia (Yamaha) par près de 10 secondes. Le Jeannois Tim Tremblay (Kawasaki), un temps 2e, a ultimement pris la 3e place.
.
Auparavant, sur le coup de 21 h, ce fut le tour des freestylers de se présenter en piste. C’est le Français Charlie Pagès qui a obtenu la faveur du public et en se fiant aux applaudissements, il a remporté le concours 2010, devant le favori local Ben Milot. Les spectateurs ont aussi eu droit aux très audacieux doubles flips de l’Américain Scott Murray.
 
La finale de l’endurocross a consacré le vétéran américain de 38 ans, Mike Brown, dominant tout le long du week-end. Le coureur du mid-ouest américain a devancé de plus 17 secondes le Hongrois Nemeth et le Polonais Oblucki. Le meilleur Québécois a été Guy Giroux, auteur d’une 10e place.

Pour clore cette 33e édition du Supermotocross Monster Energy, les spectateurs ont eu droit à une finale où trois coureurs américains se sont échangé la tête, du vainqueur de 2009, Jason Thomas (Suzuki) à l’éventuel gagnant de cette édition 2010, l’Américain du Michigan Nick Wey (Kawasaki), déjà vainqueur à Montréal en 2004. Wey a résisté aux charges de Teddy Maier (Kawasaki) qui a effectué une remontée depuis la 6e place qu’il a occupée en début de course. Troy Adams (Kawasaki), autre vétéran Américain de Floride, est venu chercher la 3e place au dernier tour, coiffant Jason Thomas. Josh Demuth (BMW) du Texas, meneur pendant plusieurs tours, a finalement terminé en 6e place. Chez les Québécois, Kaven Benoît a été le meilleur, terminant cependant à une lointaine 19e place.

Outre l’existence des équipes professionnelles locales de la LNH et de la LCF, le Supermotocross Monster Energy constitue la plus ancienne tradition sportive montréalaise. Depuis sa création en 1977, il a été présenté chaque année, sauf une exception en raison de la fermeture temporaire du site. Jusqu’à ce jour, plus de 1,6 million de spectateurs ont franchi les tourniquets du Stade olympique pour assister aux prouesses des quelques 150 coureurs qui, chaque année, se rendent à l’invitation des organisateurs.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Batteries interchangeables sur les motos, quatre constructeurs s’engagent


Lancement de presse : Tiger 900 GT Pro/Rally Pro 2020


Évaluation du système de communication Cardo Packtalk Bold


Découvrez quelques nouveautés 2021 et 2022 des fabricants de motos


La toute nouvelle Honda CRF250R est plus légère, plus rapide et plus solide pour 2022


La Honda Monkey 2022 arrive au Canada