Archives – Zabel à la conquête de l’Ouest canadien avec la BMW R 1250 GS – 40e anniversaire !

Par Texte et photos : Zabel Bourbeau Publié le

*Archives – Cet article est tiré du Vol. 50 No. 8 de Moto Journal.

1re partie : La préparation et le départ…

Depuis que je roule à moto, les escapades et les voyages en la chevauchant me font vibrer! En voyageant de cette façon, je crois que tous les ingrédients sont réunis pour profiter pleinement de cette symbiose “humain-machine” et cela me plaît énormément.

Avec la situation mondiale qui perdure depuis presque deux ans maintenant, mon bonheur de rider et mon plaisir des découvertes se limitaient à des destinations locales, ce qui m’a tout de même permis de découvrir de jolies contrées méconnues du Québec et de l’Ontario.

Mais le besoin d’aller plus loin se faisait sentir, et l’occasion rêvée de découvrir mon Canada, NOTRE Canada à moto s’est présentée. En fait, elle ne s’est pas “présentée”, car on est maître de notre bonheur et de nos choix ; j’ai plutôt “décidé” d’entreprendre ce périple tout de même assez considérable alors que les planètes étaient bien alignées. Ha! Ha! Ha! Je partais donc de Saint-Eustache au Québec pour me rendre jusqu’à Tofino sur l’île de Vancouver, à l’extrémité ouest de la Colombie-Britannique. Entreprendre cette aventure représentait plus de 10 000 km aller-retour. Afin d’en profiter pleinement, je me donne alors un mois pour réaliser ce roadtrip en solitaire.

Préparer un voyage comme celui-là ressemble pas mal à tout autre voyage à moto : il faut penser à tout en transportant le moins de trucs possible! En effet, que l’on parte trois jours, une semaine ou un mois, la préparation “physique” demeure pratiquement la même… La principale différence ici réside dans la préparation mentale. On doit être conscient de ce qui nous attend. Je devais me préparer psychologiquement à rouler de longues journées (entre 800 et 850 km par jour pendant cinq jours pour me rendre aux alentours de Calgary, et sensiblement la même prévision pour le retour), prédisposer mon mental à “vivre” la route, me préparer à négocier avec des températures extrêmes (du point de congélation aux plus de 30 degrés Celsius) ou de la pluie avoisinant la neige par exemple… Je devais me donner des objectifs à court terme afin de rester motivée tout au long des kilomètres, planifier mes lieux d’hébergement (les distances étant parfois très importantes entre les différents services), pour ensuite laisser la vie improviser…

Cela faisait tout de même des mois que je préparais ce road trip. Je m’étais déjà fait une liste des endroits et des routes que je voulais découvrir en me promettant de marcher au moins une heure par jour à travers un site naturel local. J’aime bien sortir des sentiers battus, ce qui me permet d’apprécier encore plus mes journées. Bien entendu, je m’étais fait parvenir les cartes routières des différentes provinces de chez CAA (gratuites pour les membres). Ceux et celles qui me connaissent savent que j’ADORE les cartes papier. Ces dernières nous permettent d’avoir une vue d’ensemble de la région, d’y voir les routes panoramiques et aussi de se dépanner quand il n’y a pas de réseau cellulaire! Croyez-moi, à travers notre beau GRAND Canada, plusieurs endroits sont en effet “déconnectés”, et parfois pour des journées entières!

BMW R 1250 GS – 40e anniversaire

Pour l’aventure, BMW Motorrad Canada me propose d’entreprendre et de vivre cette traversée avec la R 1250 GS édition 40e anniversaire. J’avais déjà essayé cette version couleur “Bourdon” (voir reportage dans Moto Journal, Volume 50, numéro 6) et j’avais adoré. La trouvant un peu haute (je touchais au sol de la pointe des pieds), j’ai demandé à ce qu’on m’installe une selle basse ainsi qu’un GPS. Ses poignées et sa selle chauffantes allaient certainement ajouter au confort lors de temps plus froid.

C’est donc le jeudi 19 août que Benoit, de chez Gabriel BMW, vient déposer la moto à la maison. Ça y est, l’euphorie s’installe! C’est bien vrai maintenant, la BMW R 1250 GS sera officiellement ma partenaire de route pour cette merveilleuse aventure!

Vendredi matin, j’installe donc les connexions de ma veste chauffante sur la batterie et je prépare le GPS. Je vérifie ensuite si mon bagage s’insère complètement dans les valises (étrangement, j’ai trop de place! Je suis habituée de voyager “léger”, alors j’ai même un espace pour mon chapeau de cow-boy! Hiiii Haaaa!!). Je consulte ensuite le tableau de bord électronique afin de me familiariser avec les différentes commandes : JE SUIS PRÊTE!

Pour entreprendre ce type de voyage à moto, il est surtout important d’être bien équipé. On se doit d’avoir des vêtements et de l’équipement adaptés et prêts à affronter tous les types d’humeur de Dame Nature. Bottes imperméables, gants adéquats, casque, manteau, pantalons, veste chauffante… Il faut savoir qu’en décidant d’explorer l’Ouest canadien, les rocheuses représentent une région riche en beauté mais aussi en variations de températures. Il n’est pas rare de rouler en montagne alors que des nuages de pluie froide s’y sont “accrochés”… Pour l’occasion, j’ai le bonheur d’avoir un nouveau casque modulaire Scorpion, polyvalent à souhait, ainsi qu’un manteau Scott Storm DP de couleur vert fluorescent. Ce dernier aura l’avantage de me protéger de la pluie grâce à sa fabrication en tissu DRYOsphère. Je serai ainsi bien visible et ce manteau s’adaptera au climat grâce à sa fabrication “respirante” à l’épreuve du vent ainsi qu’à sa doublure amovible.

On est le 21 août 2021, samedi matin 6 h 15 et c’est parti mon kiki! J’adore rouler au petit matin, le temps est calme, la lumière magnifique et la route libre de circulation. Je prévois dormir à Iron Bridge ce soir. J’emprunte donc la 50 jusqu’à Ottawa, puis la 417 et la 17 (la Transcanadienne). Je me sens privilégiée car cette dernière fut en construction tout l’été et aujourd’hui, ce beau tapis noir est maintenant déroulé pour moi. Quelques haltes routières, fort bien aménagées avec toilettes, tables de pique-nique, poubelles et toujours dans un environnement tout de même bucolique, agrémentent les routes de l’Ontario. Souvent un plan d’eau y est annexé, faune et flore ontariennes s’y réunissent pour enjoliver votre arrêt. Pour ma part, c’est à la Meilleurs Bay Picnic Area que je m’arrête le temps d’une pause.

En arrivant au bord du grand lac Nipissing, je respire un bon coup et ça y est : cet endroit représente instantanément le véritable point de départ de ma conquête, le moment où je me sens vraiment DANS mon voyage, enveloppée de cette euphorie qui me fait sourire. Je poursuis ma route, traverse Sudbury, puis c’est le lac Huron qui m’attend ainsi que la route me menant à Iron Bridge, ma destination pour aujourd’hui. J’avais envie de retourner dormir à un motel où j’étais déjà allée en 2011, au retour du Sturgis Rally au Dakota du Sud (voir le magazine Custom Tour numéro 59). Eh oui, il m’arrive d’être nostalgique et de me remémorer de bons moments passés…

La BMW R 1250 GS roule à merveille! Elle est confortable et fort agréable à conduire! Comme j’ai bien fait de faire installer une selle basse, je me sens beaucoup plus à l’aise à l’arrêt et en manipulant la moto à basse vitesse.

Quand je voyage, j’aime bien, le soir venu, goûter une bière locale. C’est incroyable de voir l’imagination (!!!) et aussi le talent artistique de ces collaborateurs et créateurs! Aujourd’hui, c’est la Juicy Ass (!!!) que je déguste, une IPA rafraîchissante de la Flying Monkeys Craft Brewery située à Barrie, en Ontario!

Je m’installe donc pour la nuit, mais je devrai quitter avant le lever du soleil pour une raison indépendante de ma volonté, car ce que j’anticipais est arrivé…

Prochaine partie à venir : De l’Ontario à l’Alberta

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Matryx et Connor : AIROH sur la route


Mitas annonce un nouveau membre dans sa famille de pneus aventure : ENDURO TRAIL-XT


Honda Canada annonce des mises à jour importantes à la gamme 2025 de motos hors route CRF


Mitas ajoute de la puissance à sa gamme de pneus SPORT FORCE+ RS avec deux nouvelles tailles


Mitas offre aux pilotes d’Enduro un nouveau niveau de maîtrise du terrain avec la sortie de TERRA FORCE-EF 2 SM


Ride’ster V : plus de technologie pour le confort et la protection

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *