Randonnée amicale à moto à l’Isle-aux-Coudres dans Charlevoix!

PAR Jean-Pierre Fréchette, d.g. FMQ Posted on

Afin de profiter des quelques jours de congé qui entourent la fête du Canada, j’ai accepté l’invitation de Daniel Gauthier, un ami de longue date qui vient de se racheter une monture après quelques années sans moto, et qui souhaitait retrouver un coin de pays magnifique, la belle région de Charlevoix.

ll me disait : « On va pouvoir rouler un peu afin que je puisse tester ma nouvelle moto dans les longues pentes et les courbes de Charlevoix et on va aller visiter la région qui va de Baie-Saint-Paul à La Malbaie, en séjournant à l’Isle-aux-Coudres où je vais depuis des années et où j’ai de vieux amis. »

Il n’en fallait pas plus pour me convaincre d’être de la partie, d’autant plus que la météo semblait propice pour les trois jours de notre petite excursion et que je n’avais jamais pris le temps de visiter cette île accessible en tout temps de jour par un traversier gratuit.

Dotée d’une route de ceinture de 23 km qui est aussi agréable à faire en moto qu’à vélo, l’île comprend plusieurs bonnes tables, des hôtels et des auberges de qualité, des campings, une boulangerie locale réputée (Bouchard), de petits restos ainsi qu’un circuit patrimonial riche en histoire avec plusieurs points de vue intéressants sur les battures et sur le fleuve.

Daniel et moi avons séjourné à l’Auberge La Coudrière, un établissement qui a malheureusement perdu beaucoup de son cachet depuis le décès des anciens propriétaires et où la salle à manger jadis réputée était fermée. Heureusement par contre, à quelques pas sur le même site, nous avons été fort bien reçus à l’hôtel La Roche Pleureuse, dont la salle à dîner était ouverte aussi bien pour les déjeuners que pour les soupers. Les motocyclistes y sont naturellement les bienvenus et certains apprécient la possibilité d’avoir leur moto directement à côté de leur chambre près de la piscine!

L’accueil d’Hélène Dufour pour le service aux tables, la bonhomie de Claude, le chef cuisinier, et la gentillesse de Francine Boivin, la gérante, nous ont rapidement séduits et convaincus que les personnes qui vivent à « l’Isle » depuis plusieurs générations ont en commun une simplicité et une ouverture aux gens qui les rendent attachants. En randonnée sur l’île, plusieurs nous saluaient au passage et on sentait que l’accueil aux motocyclistes était sincère.

Boulangerie Bouchard.

Parmi nos coups de cœur, en plus de la Roche Pleureuse, nous avons bien apprécié le service et le menu abordable au restaurant Le Corylus, situé devant la maison croche, ainsi que la qualité du café et des pâtisseries de la Boulangerie Bouchard! Sinon, il est certain que de Baie-Saint-Paul à la Malbaie, vous ne manquerez pas l’occasion d’arrêter à l’un ou l’autre des ateliers d’art et des boutiques ainsi que des nombreux sites de restauration, des bars-terrasses en fin d’après-midi ou même des crèmeries.

On a particulièrement aimé le casse-croûte/crémerie qui fait face à la plage de Saint- Irénée où le chocolat sur notre cornet dessert était riche et onctueux! Juste à côté du golf qui longe la route avant d’arriver à La Malbaie, j’ai eu l’occasion de faire la visite guidée du centre d’interprétation géologique lié au cratère qui a formé les chaînes de montagne de la région il y a 366 millions d’années, soit une météorite d’environ 1 km de diamètre qui a forgé un cratère de 55 km de large en liquéfiant la roche au moment de l’impact. Il s’agit d’une énergie estimée à plusieurs millions de fois celle d’Hiroshima!

Le fait de rouler avec un ami de longue date m’a également permis de réfléchir à la façon dont tous et chacun nous communiquons lorsque l’on circule à deux ou en petites cellules de damier. Afin de bien rouler ensemble, il faut au départ bien communiquer quels sont les codes qui seront utilisés pour signaler nos intentions, dépasser un convoi ou des poids lourds, laisser passer des voitures plus rapides, arrêter faire le plein, surveiller les obstacles ou les dangers de la chaussée…

Daniel Gauthier.

Faire une « ride » avec un partenaire, où tout est fluide et facile à gérer, contribue au plaisir de rouler ensemble. C’est pourquoi, avant de partir pour une randonnée, je vous suggère de toujours prendre le temps de discuter avec celui ou celle qui vous accompagne, ne serait-ce que votre passager ou votre passagère, si cette personne n’est pas familière avec vos habitudes de conducteur. Les codes peuvent varier d’un motocycliste à un autre, mais l’important, c’est de se comprendre et d’éviter les malentendus susceptibles de créer des incidents malheureux. Avec mon ami Dan, je me sentais comme dans le film « Easy Rider » des années 70!

En conclusion, profitez bien du Québec et de ses atouts incroyables en région, et amusez-vous tout en demeurant vigilant sur nos routes!

*Publié dans le Vol. 49 No. 6 de Moto Journal.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Évaluation – Sac étanche Chattooga


Ducati entame son ère électrique


CFMOTO Canada dévoile ses modèles de moto


Ducati présente la Panigale V4 SP2 : « La machine de course ultime »


Le nouveau modèle Harley-Davidson Nightster marque le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire des motos Sportster


Zone Tout Terrain lance une toute nouvelle mouture de sa plateforme numérique de sports motorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.