Lancement de presse : KTM 390 Adventure 2020

PAR Éric Ménard. Photos : Sebas Romero et Éric MénardPosted on

La petite futée de la famille 

Le Québec et le Canada sont riches en sentiers et chemins forestiers de toutes sortes. Peu importe dans quelle direction on pointe notre moto, on pourra trouver du chemin à découvrir.

Il est donc logique que nous soyons un terreau fertile pour les fabricants de moto double-usage de tout acabit. En effet, depuis une dizaine d’années, l’essor de ce que l’on appelait autrefois des semi-trails semi-routes a été fulgurant. Nombreux sont ceux qui ont troqué leur moto sport standard pour des motos double-usage offrant plus de confort et de suspension. Elles sont non seulement adaptées aux chemins forestiers, mais aussi à nos routes québécoises qui sont dans un état de décrépitude dignes d’un pays du tiers monde.

Évidemment, les fabricants qui étaient déjà en mode hors-route furent les premiers à profiter de cet engouement. Parmi eux, le fabricant autrichien KTM. Il est donc normal que ses gammes offrent aujourd’hui non seulement des motos hors-route, mais aussi un vaste choix toujours grandissant de motos double-usage. Après les 990,1190, 1290, 690, 790 et j’en passe, nous arrivons avec la petite dernière de la famille : la 390 Adventure

Basée sur la 390 Duke mais avec des airs de 790, la petite futée de la famille permettra d’amener à ce sport qu’est la moto aventure de nombreux motocyclistes qui hésitaient à investir ce marché. Soit par manque de budget, manque de confiance en leur technique ou d’expérience en moto hors-route, ou bien simplement parce qu’ils étaient trop courts sur pattes pour oser grimper sur une moto de plus de 450 livres avec une selle juchée sur de hautes suspensions. La 390 est sans aucun doute la plus facile d’approche que le constructeur suédois ait jamais offerte sur le marché.

Elle satisfera autant les débutants que les intermédiaires, qui trouveront en elle une alliée pour se familiariser aux sentiers, aux chemins forestiers ou même à des aventures urbaines sur chaussée bosselée que les suspensions de cette nouvelle venue dans la famille saura atténuer sans aucun problème.

On retrouve d’abord un moulin performant offrant un peu plus de CV que ses compétitrices de même catégorie.

Ce moteur à quatre temps de 373,2 cm3 monocylindre refroidi par liquide propulse parfaitement cette petite machine agile dans le monde de l’aventure. On l’a bien sûr équipé d’un démarreur électrique et les doubles arbres à cames en tête, ses quatre soupapes, l’injection électronique de carburant et le ride-by-wire s’assemblent pour nous donner un moteur étonnamment puissant et flexible. On l’a aussi muni d’un radiateur plus volumineux pour améliorer sa performance.

Ce petit moteur simple demandera probablement peu d’entretien et on l’a logé dans un châssis optimisé en flexion et en poids. On a aussi droit à une suspension WP APEX semblable à ses grandes soeurs. Les suspensions sont réglables et offrent 170 mm de débattement à l’avant et 177 mm à l’arrière.

Coté freinage, on a installé des étriers de frein BYBRE et le système ABS à deux canaux administré par le logiciel BOSCH. Pour affronter les sentiers, on a bien sûr un mode ABS OFFROAD standard.

Ce qui étonne, ce sont surtout les équipements électroniques que l’on retrouve sur cette moto. Les aides à la conduite sont de niveau supérieur à ce qu’offre le marché dans cette gamme de cylindrées, comme le contrôle de traction de la moto sensible à l’angle d’inclinaison (MTC) que l’on a associé à un embrayage à glissement PASC (en option) pour garder la puissance au sol en tout temps. Ceci aidera les débutants à se sortir du pétrin sur terrain glissant et montées techniques.

À son guidon, on découvre un niveau de confort étonnant vu la petitesse de cette moto. Mis à part le superbe tableau de bord TFT de couleur, cette moto offre l’accès à l’application KTM My Ride pour téléphones mobiles. Celle-ci permet de « pairer » notre portable avec la moto pour ainsi contrôler toutes sortes de choses et d’afficher les directions de votre GPS directement sur l’écran de la moto. Pas nécessaire mais franchement agréable à utiliser.

On est plus confortable en position assise que debout, où son gabarit devient plus contraignant pour le pilote expérimenté. Mais sur la route elle est hyper confortable, malgré que la protection contre le vent soit limitée. Son pare-brise offre deux positions mais demeure plutôt court. Le moteur est vif et plaisant à conduire, la direction est bonne et les suspensions ajustables sauront répondre tout au moins à vos premiers balbutiements sur surface de terre, de gravier ou d’asphalte.

Notre essai comportait d’abord une section de route de campagne d’une quarantaine de kilomètres où la moto nous a offert un agrément de conduite intéressant. Elle est sympathique, pas du tout intimidante et on s’y sent comme sur un coussin d’air. La section suivante d’autoroute, roulée pendant une heure, nous a aussi permis de constater que ce n’est évidemment pas là où elle est la plus heureuse ni la plus satisfaisante. La protection contre le vent est limitée et si vous mesurez plus de 5 pieds 10 pouces, vous en aurez rapidement marre de vous faire pousser la tête vers l’arrière. La position de conduite standard est par contre très confortable et la selle en deux parties offre un confort raisonnable sans plus. Les repose-pieds sont à une hauteur qui conviendra à la plupart des pilotes.

Il est toujours agréable, surtout lorsque l’on est habitué à de plus grosses cylindrées, de ne pas avoir à se gêner pour enfin tordre la poignée des gaz complètement dans le fond sans avoir peur de s’envoler. C’est le cas sur cette petite moto. Elle permet par contre les entrées d’autoroute à vive allure si on ose lui donner une bonne gorgée de gaz.

Nous avions ensuite rendez-vous dans un centre de motos hors-route comportant beaucoup de sections sablonneuses, des montées de cailloux et des sections sur terre et herbes typiques de nos sentiers québécois. Sur les sections rocailleuses, la moto garde bien sa trajectoire. Ses suspensions et son contrôle de la traction travaillent conjointement pour nous monter en haut de côte comme si nous étions des pros.

En résumé, cette nouvelle venue à bien sa place dans la gamme KTM. Peut-être même plus que certaines des dernières itérations où l’on a vu des différences de seulement 100 cm3 entre deux modèles consécutifs. C’est à se demander pourquoi KTM n’a pas offert cette déclinaison avant. Surtout qu’il avait déjà un 390 en version routière. À l’ère où les motos de plus petites cylindrées sont de plus en plus en demande, le 390 Adventure est dans l’air du temps. On y retrouve aussi tout à fait l’ADN et le savoir-faire de KTM et sa filiale WP.

Évidemment, on se fait brasser un peu plus que sur une grande moto double-usage et on n’aura pas autant d’autonomie ni de possibilités, mais on ne peut se procurer cette moto sans penser qu’on aura à faire des compromis. Le prix de 6 799 $ est un peu plus élevé que ses compétitrices, mais elle offre quand même plus de technologie et un peu plus de puissance que ces dernières. Il ne restera à l’acheteur potentiel qu’à décider s’il en aura besoin.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Harley-Davidson lance le modèle Low Rider El Diablo en édition limitée


Harley-Davidson dévoile une nouvelle peinture d’usine personnalisée Apex


BRP propulse l’aventure à un autre niveau pour 2023 avec les gammes Can-Am Spyder et Ryker


Yamaha annonce la mise en marché de la YZ450F et de d’autres modèles


Mitas applique des augmentations de prix dans son portefeuille de produits de pneus pour deux-roues et spécialités


Can-Am dévoile les deux premiers prototypes de sa prochaine gamme de motos électriques

One thought on “Lancement de presse : KTM 390 Adventure 2020

  1. Merci pour cet essai de la 390 Adventure. Très intéressant de lire votre enthousiasme face à tant de qualités incluses dans cette petite machine!
    Étant propriétaire d’une RC390 (de route), je reconnais la similitude des avantages à piloter ce merveilleux bolide. La souplesse et l’agilité avec un moteur répondant très positivement à ce qu’on
    lui demande, c’est un plaisir de la chevaucher. Aucun regret d’être passé d’une BMW K75 (tenu de route impeccable) à la KTM mini mais tellement facile à contrôler. Chapeau à KTM! 🏍

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.