Jour 2 au Trophée FIM Enduro Vintage : Mike Marcoux toujours dans la course

PAR Texte Michel Falardeau complété par François Cominardi. Photos par Tonin. Posted on

Lors de la première journée, Mike Marcoux a eu un problème de transpondeur et il n’apparaissait pas au classement. Miracle ce vendredi, le québécois est bien présent sur la liste.

Il fait une très bonne journée qui le classe au quatrième rang du vendredi dans la classe X3. Malheureusement son premier jour à zéro plombe son classement.

Île d’Elbe.

Mais l’important est ailleurs. Rouler sur une île, au bord de la mer Tyrrhénienne, avec des pilotes internationaux qui ont marqué leur époque, ça n’a pas de prix. On parle de Stéphane Peterhansel, six fois vainqueur du Dakar à moto, ou de Thierry Magnaldi, ex-champion du Monde d’enduro et de rallye-raids.

Ce vendredi a été une belle journée pour nos coureurs. La piste différente et plus technique qu’hier a fait leur bonheur. Les gars commencent à mieux s’adapter au terrain spécial. Un fond dur comme de la roche avec sur le dessus des gravillons qui roulent sous les roues. L’île d’Elbe cache des paysages magnifiques et des sentiers de chèvre à flanc de montagne. Les motos antiques avec leurs vieux pilotes peinent à rouler sur les pistes plus étroites. Nos coureurs plus agressifs frottent les arbres pour les dépasser. Les spéciales en ligne sont très bien mais la partie cross-test est des plus détruite. Difficile de rouler vite dans ces conditions.

Thierry Lacombe.

Thierry Lacombe est très régulier, il est toujours en 4e position des X4 à l’issue de la seconde journée. Il a récupéré les papiers de sa moto Can-Am qui avaient été saisis à l’inspection, il peut donc rouler légalement. Il doit reprendre son casque après la course, qui n’avait pas passé le test de contrôle.

Tapis environnemental pour les motos.

Il faut reconnaitre que les contrôles et règlements sont moins sévères au Canada, car les organisations ne sont pas sanctionnées par la FIM. Les normes de niveau sonore ou de casques sont plus strictes en Europe. Et toutes les motos doivent être stationnées sur un tapis environnemental étanche et absorbant pour éviter à l’huile ou à l’essence de couler dans la terre. Une mesure qui devrait être mise en place au Canada pour apporter une avancée écologique dans le cadre des courses de motos qui sont en recherche d’acceptabilité sociale pour survivre.

Ce samedi est plus léger en termes de courses. Ce sera un motocross et une épreuve d’accélération.

Photo principale : Tonin avec Mike Marcoux.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Les moteurs Kawasaki canadien dévoile son modèle le plus avancé à ce jour


Nouveaux modèles « sportives classiques » et « hyper-dénudées » de Yamaha


DAB Motors collabore avec Burberry pour présenter une édition limitée de son Concept-E RS


Honda accueille la Navi 2022 au Canada


10 points à retenir sur la Husqvarna Norden 901


Une nouvelle Ducati : Scrambler Desert SLED Fasthouse

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *