Moto-Tech : La transmission à variation continue (première partie)

PAR Michel Garneau Posted on

Profitant de son expertise acquise dans les domaines des motoneiges et quads, BRP/Can-Am a choisi de munir ses nouveaux « roadsters », les Rykers, d’une TVC. Il s’agit d’un choix qui permet de démocratiser le véhicule, éliminant du fait le défi posé aux néophytes par la maîtrise de l’embrayage et de la boîte à vitesse.

Cela permet de transmettre la puissance entre le moteur et la roue arrière d’une moto : la transmission à variation continue, ou TVC.  Souvent mieux connue sous l’acronyme CVT (soit une abréviation de l’expression anglaise Continuously Variable Transmission), les TVC sont de rigueur dans les motoneiges et les quads, ainsi qu’un nombre toujours croissant d’automobiles. Dans le monde des deux roues, il s’agit du système d’entraînement utilisé sur pratiquement tous les scooters ainsi que certaines motos (telle la Mana 850 par Aprilia). Alors, qu’est-ce qu’une TVC au juste et comment celle-ci accomplit-elle la tâche demandée?

La rapidité et la fluidité avec laquelle une TVC change de rapport sans créer de temps mort (comme c’est le cas avec une boîte à vitesse conventionnelle) la rend idéale pour une vocation motoneige, par exemple. Les nouvelles TVC ont la capacité de tolérer et gérer des puissances impressionnantes, comme les 200+ ch et 120+ lb.pi de couple produits par le puissant moteur Yamaha tricylindre turbocompressé que l’on retrouve dans la ZR 9000 d’Arctic Cat.

Où sont les engrenages?

La TVC est une transmission automatique dotée d’une courroie (du moins dans le cas d’une moto ou d’un scooter) et de poulies pour transmettre la puissance. Celle-ci est, en effet, un système de transmission complet, soit un groupe de composantes qui remplace non seulement l’embrayage mais également la boîte à vitesse que l’on retrouve plus typiquement sur une moto.

La TVC possède la capacité à faire varier continuellement le rapport de démultiplication (d’où son nom), chose qui la rend unique. Autrement dit, elle propose l’équivalent d’un nombre infini de rapports, ce qui la distingue des boîtes à vitesse conventionnelles qui, elles, offrent une sélection de rapports de démultiplication fixes et prédéfinis. De plus, et en lien avec cette dernière caractéristique, elle offre la possibilité de voir à ce que le rapport de démultiplication équilibre le mieux possible la puissance du moteur et la charge créée par la roue arrière, et ce, de sorte à permettre de maximiser la performance tout en minimisant la consommation d’essence. Dans les faits, la TVC permet de garder la vitesse du moteur à l’intérieur d’une plage de révolutions où celui-ci fournit son meilleur rendement. Pour un bon nombre d’utilisateurs, le fait que ceci soit accompli sans devoir se soucier d’actionner un levier d’embrayage ou de vitesses est sans doute son avantage principal.

Nous examinerons comment la TVC accomplit sa magie dans notre prochaine chronique.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Le scooter Honda Giorno légendaire d’inspiration européenne fait son retour au Canada


Honda célèbre ses 50 ans de motocross avec la CRF450R 2023


Évaluation – Sac étanche Chattooga


Ducati entame son ère électrique


CFMOTO Canada dévoile ses modèles de moto


Ducati présente la Panigale V4 SP2 : « La machine de course ultime »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.