Initiation originale à la conduite de moto double usage

PAR Geneviève PotvinPosted on

Êtes-vous du type à sortir de votre zone de confort, à dire oui à de nouvelles aventures? J’ai eu le plaisir de participer au lancement du nouveau service de randonnée à moto proposé par Le Racer Moto Expériences et développé en collaboration avec la communauté autochtone Atikamekw de Manawan. Précisons que je suis une novice en conduite de moto et que je n’ai que quelques mois d’expérience à rouler une moto custom… et que la route entre notre point de départ (Saint-Roch-de-l’Achigan) et Manawan comporte un magnifique tronçon de 76 km de route non pavée.

L’arrivée au point de départ de notre expédition est agréable, les neuf participants sont enthousiastes et la bonne humeur est au rendez-vous. L’initiateur de l’aventure et promoteur de l’entreprise, Guy Caron, me présente ma monture pour l’expédition : une petite Yamaha XT 250 toute fringante, équipée avec « top case » et pare-brise pour l’occasion. Essai routier avant de partir; la conduite est bien différente de ma moto custom, une CTX700 !

Légère et réactive, la XT me facilite quelque peu la conduite dans les courbes multiples de la première portion de route dès le départ officiel de l’expédition. Malgré son petit cylindrage, la XT permet de suivre le groupe de motos qui sont plus puissantes et plus adaptées au petit bout d’autoroute qui nous avons à faire avant d’enfiler sur les routes ondulées qui mène vers Saint-Michel-des Saints. Le célèbre Rambo avait utilisé une petite XT d’ailleurs dans une course poursuite dans le film du même nom en 1982. On comprend pourquoi en réalisant comment elle réussie à se débrouiller à haute vitesse tout en alliant une bonne tenue de route et une maniabilité incomparable.

Le cœur de l’aventure commence à la sortie de Saint-Michel-des-Saints, quand nous quittons la route pavée; « une trail à vache », résume le maire de l’endroit, M. Réjean Gouin, quand il parle de cette route forestière, c’est peu dire! Le début de cette « trail » me fait un peu peur; je sens la moto s’enfoncer constamment dans le sable pendant les 10 premiers kilomètres fraîchement nivelés. Je me ramène alors les paroles de notre chef d’expédition : « Quand tu sens que tu perds la moto, tu tournes la poignée des gaz! » Je réussis seulement partiellement je l’avoue à bien suivre les indications, mais la légèreté de la XT sauve la mise et je parviens à la maintenir sur la route dans le sable et le gravier mouvants.

Nous continuons à une vitesse variant de 45 à 90 km/h sur le reste du parcours avec quelques avaries (crevaison et culbute d’un ami motard) auxquelles les guides de l‘excursion font face avec brio. Ces pauses « réparation » permettent d’apprécier la beauté de l’environnement autour : milieux tourbeux regorgeant de mousses et petits lacs paisibles, comme quoi tout inconvénient à son côté positif ! Tout au long de la route vers Manawan, la XT garde le cap et me permet d’arriver safe and sound comme le chanterait Capital Cities. Mentionnons ici les rôles très sécurisants du responsable de la sécurité de l’expédition et du balayeur, qui ont contribué à ramener tout le monde à bon port.

L’accueil au village est des plus convivial et au coucher du soleil, nous partons en bateau vers le site de résidence traditionnel estival de Matakan, situé au milieu du lac Kempt. Une belle balade durant laquelle nous avons droit à des points de vue exceptionnels des berges du lac.

Nous sommes choyés pour le repas du soir avec une chaudrée à base de doré jaune bien savoureuse et accompagnée de banique, le tout cuisiné par nos hôtes. La discussion nous permet de s’initier brièvement à la culture de cette communauté. Un élément qui retient l’attention, les Atikamekws considèrent qu’il y a six saisons, ajoutant un pré-printemps ainsi qu’un pré-automne aux quatre saisons plus communes dans les cultures non autochtones, ce qui illustre bien les longues périodes de transition entre l’été et l’hiver du Québec. Au retour, un des hôtes qui conduit le bateau nous impressionne grandement en utilisant le profil visuel nocturne des berges comme seul point de repère à la nuit tombée pour se guider.

Après un sommeil paisible à l’Auberge de Manawan et un copieux petit déjeuner, le groupe repart vers le sud avec le souhait de revenir découvrir l’endroit et ses habitants. On nous mentionne le pow-wow du début août, un événement à ne pas manquer si on veut apprendre sur la culture atikamekw.

La niveleuse en pleine activité nous rend la route de retour plus ardue qu’à l’aller, histoire de bien tester nos capacités de conduite sur pierres roulantes. Je constate que les directives des guides commencent à mieux s’intégrer dans ma conduite : manœuvrer en souplesse quand le guidonnage se fait sentir, accélérer dans les moments où la moto semble s’enliser dans le sol ameubli, utiliser en priorité le frein arrière au besoin, etc.

L’instant où les roues touchent la route pavée est un grand changement; que ça semble plus facile maintenant de conduire! Prendre les courbes devient un plaisir, les roues collent davantage au sol (dans mon esprit). De plus, l’apprentissage de conduite en formation a été bien approfondi par tous. Le groupe roule de façon plus serrée et harmonieuse qu’au départ.

On peut affirmer que les conditions de route plus difficiles et les conseils des guides ont été bénéfiques, ayant permis d’améliorer les techniques de tous les participants, et ce, peu importe leur niveau initial. Pour une débutante comme moi, cette courte expédition m’a donné une plus grande confiance de conduite et m’a permis de dépasser mes limites tout en étant en sécurité sous l’œil vigilant de professionnels d’expérience. Cette expédition sera différente d’une fois à l’autre selon le groupe et le moment, transformant chaque voyage en une expérience unique d’apprentissage technique et de découverte culturelle.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Le Salon de la moto de Montréal a attiré près de 33 000 personnes


Harley-Davidson présente la nouvelle Softail Standard


KTM annonce le 4e KTM ADVENTURE Rally Canada


La SAAQ dévoile 14 recommandations pour améliorer la sécurité des motocyclistes


Le Salon de la moto de Québec a attiré 14 000 passionnés


La moto réduit le stress et améliore la concentration

2 thoughts on “Initiation originale à la conduite de moto double usage

  1. Très intéressant comme aventure.vous vivez les mêmes expériences que nous avons vécu.dans les années 70=80.des coins com.Parent .Wemotaci.casey.Clova.et le top.Obedjiwan.

  2. Bonjour,
    j’aimerais faire cette initiation. Est-ce possible? Quels sont les coûts? Qui dois-je contacter? Le Racer Moto Expériences?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *