L’ABC des convertisseurs catalytiques

Par Michel GarneauPublié le

Comme nous l’avons mentionné à maintes reprises dans cette chronique, le resserrement des normes de gaz d’échappement dans l’industrie de la moto a apporté une foule de changements dans le design et la fabrication des motos. Cette démarche vers la propreté, si on peut l’appeler ainsi, débuta avec l’introduction des normes des gaz d’échappement lancées en 1978 par la Environmental Protection Agency (soit l’Agence de la protection de l’environnement) aux États-Unis. Les normes se sont resserrées depuis, faisant en sorte qu’une proportion toujours croissante de motos modernes viennent munies, tout comme les automobiles, de convertisseurs catalytiques pour leur permettre de respecter le cadre légal.

Qu’est-ce qu’un catalyseur?
Pour comprendre le travail effectué par un convertisseur catalytique, il faut, dans un premier temps, comprendre ce qu’est un catalyseur (soit la racine du mot catalytique). Alors, pour ce faire, nous nous tournons, comme par le passé, vers notre ami Larousse qui nous fournit généreusement deux définitions pertinentes, soit « substance qui augmente la vitesse d’une réaction chimique sans paraître participer à cette réaction » et « élément qui provoque une réaction par sa seule présence ou par son intervention ». Dit autrement, il s’agit d’un produit qui, par sa présence, aide à faciliter une réaction chimique. L’aspect particulier d’un catalyseur, toutefois, est que ce dernier ne participe pas directement et n’est pas consommé lors de ladite réaction. Bizarre, vous dites. Effectivement, mais vrai tout de même.

Alors maintenant, nous savons qu’il est possible d’encourager et de faciliter une réaction chimique, mais à quoi bon cela peut servir?

Et le problème fut!
Comme nous le savons tous, un moteur à explosion produit des composés chimiques qui sont loin d’être désirables, parlons même de nuisibles ou encore nocifs. Plus précisément, il y a le monoxyde de carbone (CO), un gaz toxique produit par la combustion incomplète. Il y a aussi les hydrocarbures imbrûlés (HC), ceux-ci étant essentiellement de l’essence qui n’a pas brûlé. Enfin, les oxydes d’azote (NOx) figurent sur la liste, ces derniers étant en partie responsables de la formation du smog qui afflige souvent nos grands centres durant la période estivale. Ne serait-il pas des plus souhaitable de pouvoir réduire les émanations de ces gaz problématiques?

Et la solution suivit!
Pour répondre aux questions posées dans les deux paragraphes précédents, voilà justement ce à quoi sert le convertisseur catalytique. Dans les faits, ce dispositif aide à réduire les émanations de CO, HC et NOx en transformant ceux-ci en composés chimiques moins indésirables. Dans le cas d’un convertisseur catalytique à trois voies (tel que l’on retrouve sur les autos et motos modernes), les trois gaz précédents sont traités et transformés en dioxyde de carbone (CO2), azote (N2), oxygène (O2) et vapeur d’eau (H2O).

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Mitas annonce un nouveau membre dans sa famille de pneus aventure : ENDURO TRAIL-XT


Honda Canada annonce des mises à jour importantes à la gamme 2025 de motos hors route CRF


Mitas ajoute de la puissance à sa gamme de pneus SPORT FORCE+ RS avec deux nouvelles tailles


Mitas offre aux pilotes d’Enduro un nouveau niveau de maîtrise du terrain avec la sortie de TERRA FORCE-EF 2 SM


Ride’ster V : plus de technologie pour le confort et la protection


Archives – Essai de la BMW S 1000 R 2021