DESTiNATiON VERSUS ITINÉRAIRE

PAR Guy CaronPosted on

Vendredi 14 h 30, on est bien ici : un bon repas sur une terrasse ensoleillée de Broadway. Et ça semble de moins en moins probable que l’on soit à la maison ce soir… Ce n’est pas pour une autre demi-journée de plus que l’on va stresser! Au départ, c’était mercredi soir ou jeudi matin tôt qui était le moment du retour prévu. Mais comment passer devant New York sur l’heure du lunch sans aller faire un saut à Manhattan? Même chose hier soir, comment passer si près de Washington sans rendre visite à Barack? Mais Monsieur le Président n’était pas à la Maison-Blanche, parti au Texas il parait. C’est de là qu’on arrive, du Texas, justement. De Austin en passant par Dallas, Hugo Oklahoma près de Broken Bow, Hot Springs Arkansas, Memphis, Nashville, Deals Gap, Winston-Salem Caroline du Nord, un petit bout du Blue Ridge Parkway et du Skyline Drive pour se rendre vers Washington et New York… en passant par Baltimore et un petit détour en ville à Philadelphie. Le Cherohala Skyway, Chattanooga, New-Orleans et Houston étaient sur le tracé à l’aller. Si vous avez ouvert une carte ou Google Maps pour regarder le trajet vous avez compris pourquoi un aller-retour de 7 000 km s’est transformé en balade de 9 312 km. Parfois il faut se rendre du point A au point B rapidement. La route la plus directe et pas de détour. Mais lorsque je pars sans contrainte, il n’y a que mon humeur pour décider. J’évite les autoroutes et recherche les petits chemins moins fréquentés et les belles routes. On trace des zigzags, des boucles, on revient sur nos pas. Le matin, souvent, c’est la météo qui influence la direction de la journée. Memphis? C’est sûr qu’on a visité Graceland! Et c’est ainsi même quand on est tout près de la maison. De Rivière-Ouelle, se diriger à Québec pour diner, ça implique parfois un tour de traversier à Lévis ou encore à Saint-Siméon pour revenir sur Rivière-Du-Loup! Le temps est souvent le facteur qui limite. Le temps est aussi ce qu’il faut bien apprécier quand l’on peut s’offrir une bonne balade!
Ce voyage à Austin pour voir le MotoGP sur le superbe Circuit Of The Americas était notre première sortie cette année. Les installations sont incroyables au COTA et la piste elle-même se prête bien aux courses motos; beaucoup d’opportunités de dépassement avec tous ces enchainements de virages et aussi ces virages à rayon décroissant. Et le spectacle du grand cirque du MotoGP vaut la peine d’être vu en personne. Ayant réussi à obtenir les accréditations de Dorna pour avoir accès aux puits et aux bords de la piste, nous avons été privilégiés de pouvoir observer de si près les pilotes et les équipes à l’œuvre. Brigitte a même eu la chance de voir Pedrosa perdre son sourire lorsqu’il marchait tout juste à côté d’elle, il semble qu’il n’aimait pas son gilet à l’effigie de Lorenzo!
J’espère me rendre à Indianapolis en aout, pour le troisième MotoGP américain de la saison. Cette fois, le tracé partira peut- être vers l’ouest, dans la direction générale de la destination, car le temps ne nous permettra probablement pas de rouler vers le sud et le Blue Ridge Parkway et Deals Gap comme je l’ai déjà fait lors de mes deux précédents voyages à Indy en partant du Québec. Le parc Algonquin et la baie Georgienne devraient offrir une alternative intéressante à la 401 et il y a la route de Rivière-à-Pierre, le parc de la Mauricie et la 347 à faire en partant plus près d’ici…

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Une nouvelle Ducati : Scrambler Desert SLED Fasthouse


Gamme Triumph Bonneville 2021 : le changement se trouve à l’intérieur


Kawasaki annonce ses modèles 2022


Yamaha présente sa nouvelle WR250F 2022 et annonce le retour de la WR450F!


Yamaha dévoile ses modèles Supersport célébrant son 60e anniversaire de participation au Grand Prix mondial


Batteries interchangeables sur les motos, quatre constructeurs s’engagent