Ducaudi

PAR Gabriel GélinasPosted on

L’acquisition de la marque de motos Ducati par le constructeur Audi à un coût évalué à 1,13 milliard de dollars, signifie que le portefeuille du groupe Volkswagen compte maintenant douze marques.  Ce chiffre est avancé comme idéal par le véritable leader de Volkswagen, Ferdinand Piëch, lui-même père de douze enfants issus de quatre liaisons.

De là à prétendre que l’acquisition de la marque fétiche de motos de Piëch représente pour lui un cadeau à l’occasion de son 75e anniversaire de naissance il n’y a qu’un pas! D’autant plus que Piëch rêvait de posséder Ducati depuis longtemps et qu’il avait fait l’erreur de ne pas s’en porter acquéreur en 1985 à un prix qu’il avait alors qualifié de dérisoire.

Ducati, l’icône
Ducati est à la moto ce que Ferrari est à l’automobile.  La marque de Bologne n’a beau produire que 42 000 motos par année, son rayonnement dépasse largement sa capacité de production et ses motos actuelles sont reconnues pour être très avancées sur le plan technique, à preuve, la récente 1199 Panigale qui représente le summum de la moto sport. De plus, la marque italienne est très forte sur le plan du design et plusieurs de ses modèles sont considérés comme des icônes.

Plusieurs arguments ont été avancés pour justifier cette acquisition. D’abord, le fait qu’Audi et Ducati sont deux marques de prestige qui « parlent le même langage de technologie », selon Rupert Stadler, chef de la direction chez Audi. Il y a aussi la question d’un certain transfert de technologie vers le groupe Volkswagen, Ducati ayant développé une solide expertise dans la mise au point de moteurs puissants en dépit d’une petite cylindrée. Toutefois, cet argument s’avère moins convaincant, car il faut comprendre que si les moteurs de motocyclettes livrent autant de puissance tout en étant de taille très compacte, leur coût de fabrication représente une plus grande partie du coût total de la moto que ne le représente le moteur d’une automobile. Le deuxième argument, c’est que Volkswagen s’attend à ce que les ventes de motocyclettes augmentent à l’échelle mondiale. C’est peut-être vrai, mais cette progression se fera par des motos de petite taille et de faible cylindrée dans les pays où la moto est réellement un moyen de transport et non un produit de luxe utilisé pour les loisirs.

Une grimace à BMW
Pour Ferdinand Piëch, l’acquisition de Ducati est aussi un sérieux pied de nez à l’éternel rival BMW, qui a commencé à construire des motocyclettes bien avant de construire des voitures. Mais encore là, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2011, la division moto de BMW a engrangé des revenus de 1,8 milliard sur un total de 90 milliards pour l’ensemble du groupe, et les quarante mille motos que Ducati vend par année ne représenteront qu’une toute petite fraction des revenus de Volkswagen.

Finalement, la bonne nouvelle, c’est que Ducati, qui a connu des difficultés financières tout au long de son histoire, pourra bénéficier des ressources financières considérables du groupe Volkswagen qui aura comme défi de faire en sorte que la marque italienne adopte des procédés de fabrication plus efficaces et moins coûteux sans en diluer le prestige.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Une nouvelle Ducati : Scrambler Desert SLED Fasthouse


Gamme Triumph Bonneville 2021 : le changement se trouve à l’intérieur


Kawasaki annonce ses modèles 2022


Yamaha présente sa nouvelle WR250F 2022 et annonce le retour de la WR450F!


Yamaha dévoile ses modèles Supersport célébrant son 60e anniversaire de participation au Grand Prix mondial


Batteries interchangeables sur les motos, quatre constructeurs s’engagent