Yamaha Niken GT : Le monstre à deux têtes

PAR Jean ParéPosted on

L’originalité au service de la sécurité et du confort.

Goleta (Californie). C’est avec une certaine appréhension que je me dirigeais en Californie pour l’essai de la nouvelle Yamaha Niken GT 2019 : j’étais fasciné et en même temps sceptique quant au concept de cette moto. Avouez qu’au premier coup d’œil on s’interroge!

C’est donc assis confortablement dans l’avion à rêvasser à la magnifique température de la Californie que j’envisageais le type de conduite de la Niken : trois roues conventionnel, Spyder/Ryker, scooter trois roues ou tout simplement comme une moto deux roues? Selon un collègue suisse que j’ai rencontré lors d’un lancement précédent, la Niken se pilote exactement comme une deux roues : je vais enfin pouvoir en juger par moi-même. Faut dire que j’avais très hâte de piloter cette machine : j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire.

ON APPRIVOISE LE MONSTRE À DEUX TÊTES!

Mon rêve californien fut de courte durée. À Goleta, le matin de notre départ la température affichait un magnifique 10 degrés avec un ciel couvert et une pluie abondante à venir : vive les bottes en Gore-Tex et l’imperméable. Positif de nature, je voyais là l’occasion de tester la Niken GT dans toutes les conditions. Prêt à partir, nous formions un escadron de bêtes d’acier : l’image était quelque peu surréaliste. D’ailleurs, c’est la sensation que nous aurons au cours de ces deux journées de route à travers le regard des gens croisés tout au long de notre périple : d’où viennent-ils avec leurs machines bizarres!?

Dès les premiers kilomètres, on s’aperçoit assez vite que la Niken se pilote comme une vraie deux roues : tellement qu’on ne sent pas du tout les deux roues avant. Première intersection, on dépose les pieds au sol, sinon la moto tombe. La Niken réagit exactement comme une moto conventionnelle lorsque l’on prend une courbe ou que l’on veut tourner à une intersection : on pousse sur le guidon dans la direction où on veut aller et le tour est joué! Ce gros train avant imposant est tellement bien construit qu’on ne le ressent jamais dans le guidon, et ce, même lorsque l’on manœuvre à basse vitesse.

Quand on entre en courbe, la Niken penche à souhait, jusqu’à la limite permise du train avant, soit 45 degrés selon Yamaha : assez pour frotter les avertisseurs des repose-pieds! Rapidement on comprend que la Niken colle au pavé, peu importe son état. On a beau vouloir la faire déraper en courbe, elle ne bronche pas. Pavé détrempé, accumulation d’eau, pavé abimé, rien ne l’arrête. Et pourquoi ne pas y aller d’un bon freinage en courbe? La Niken ne bronche pas : en fait, c’est plutôt moi qui réagis!

Par ce temps pluvieux, pourquoi ne pas pousser la machine à fond et tester les limites de ce monstre? Les résultats sont impressionnants particulièrement sous la pluie : une deux roues aurait normalement cherché à déraper en courbe, surtout à cette vitesse. En fait, il y a plusieurs courbes que j’ai enfilées à des vitesses auxquelles je n’aurais pas osé rouler en deux roues : cette moto fait de vous un meilleur pilote. D’où le danger quelquefois d’être trop confiant : restez vigilant.

Par temps sec, la Niken offre le même comportement routier : adhérence accrue, sécurité et confort. Peu importe ce que l’on retrouve sur la route, sable, huile, roches, la Niken y colle : nul besoin de ralentir, vous êtes en sécurité!

 

TECHNIQUE

La Niken GT est équipée du même moteur trois cylindres de 847 cm3 que la Tracer. On parle d’une puissance de 113 chevaux, ce qui suffit amplement à déplacer les 267 kg de la Niken. Les suspensions avant et arrière sont réglables manuellement. Le système de freinage ABS ainsi que le système de contrôle de traction à deux niveaux sont de série de même que les trois modes de conduite : le premier étant beaucoup plus agressif alors que le troisième est beaucoup plus doux. Concernant le deuxième, je ne suis pas convaincu de son utilité, ne sachant pas trop quand l’utiliser compte tenu que le premier et le troisième nous offrent tout ce dont on a besoin pour rouler.

La Niken offre aussi un système de changement de vitesse rapide qui ne fonctionne qu’au-dessus de 4 000 tr/min, des poignées chauffantes à trois niveaux d’intensité, des sacoches rapidement détachables, un pare-brise, une selle tourisme, deux prises pour accessoires (une près de l’écran et l’autre sur le côté gauche près du repose-pied passager) ainsi qu’un régulateur de vitesse.

La hauteur de la selle à 835 mm et la position de conduite (guidon rapproché et position droite mais relaxe) permettent une facilité de conduite pour tout gabarit. Personnellement, du haut de mes six pieds, je me sentais très à l’aise. D’ailleurs Yamaha classe la Niken GT comme une sport/tourisme, et je dois vous avouer que je suis d’accord. Le confort de cette moto est tout à fait surprenant. On enfile les kilomètres et rien n’y parait, ce qui n’est pas toujours le cas avec certains modèles de Yamaha qui m’ont laissé le postérieur mal en point!

3 000 KILOMÈTRES CHEZ NOUS

Même si lors du lancement j’ai eu la chance de rouler dans des conditions climatiques assez extrêmes et sur des routes sinueuses et détériorées, rien ne vaut des milliers de kilomètres sur nos routes du Québec pour bien évaluer les capacités d’une telle machine. Je me suis donc assuré d’avoir une Niken GT dès que possible au Québec. Aussitôt dit, aussitôt fait, j’avais le postérieur posé sur une Niken prête à sillonner les routes de la province. Et 3 000 kilomètres plus tard, j’en veux encore!

Je soupçonne Yamaha d’avoir construit cette moto pour le Québec. Amenez-en des nids-de-poule, des routes dégradées, du sable, de l’huile, de la garnotte et j’en passe. La Niken ne bronche jamais. En fait, la seule fois où j’ai senti son devant glisser un peu, c’est lorsque que j’ai attaqué une courbe très prononcée (avoisinant les 90 degrés) recouverte de serpentins de goudron avec le fameux plastique blanc. En temps normal, je prends ces courbes à très très basse vitesse, pour ne pas dire arrêté tellement ces réparations sont glissantes et dangereuses.

Le fait de prendre des courbes parsemées de bosses et de ne rien sentir ou presque est désarmant. La souplesse de l’avant-train surprend chaque fois. D’ailleurs, autant à basse qu’à haute vitesse elle réagit promptement, et ce sans jamais forcer, ce qui n’est pas le cas d’un trois roues de type Spyder.

On oublie rapidement les deux roues en avant! En fait, la Niken se pilote aussi bien en zone urbaine que sur les routes secondaires ou l’autoroute. Sa position de conduite nous offre une bonne assise, un guidon large et des repose-pieds bien positionnés qui nous permettent d’apprécier nos longues randonnées : amenez-en d’la route, ce monstre en mange!!! La Niken a passé le test québécois, plus rien ne peut l’arrêter!

CONCLUSION

Sceptique d’entrée de jeu, j’ai rapidement apprivoisé le monstre. Yamaha a réussi un tour de force en nous présentant cette moto qui livre la marchandise et même plus! Bon, certains diront que le look laisse à désirer, mais pour ma part, j’adore. L’important réside toutefois dans la conduite et là, il n’y a pas d’ambigüité, la Niken performe. Non, en fait, elle impressionne!

Malgré un gros avant-train, la direction est facile, légère et réagit avec la même promptitude qu’une deux roues. Dès les premières courbes, on sent que les deux roues avant se moulent littéralement à la route. La stabilité et l’adhérence sont impressionnantes. Même en poussant la machine à fond en courbe, peu importe l’état de la route, elle colle là où une moto deux roues dérape. Elle augmente vos habiletés de pilotage et vous assure une plus grande sécurité.

La Niken n’est pas une moto d’entrée de gamme. On vise une clientèle expérimentée friande de longues randonnées, de confort, de sécurité et qui désire une moto unique. En fait, c’est la moto idéale quand on veut partir rouler sans se soucier de l’état des routes, de nos capacités de pilotage et de la distance. La Niken nous rassure tellement qu’il faut tout de même rester vigilant : elle n’est pas infaillible.

D’ailleurs, je ne recommanderais pas cette moto pour les écoles de conduite ou les débutants. Un étudiant ayant fait ses premières armes sur une Niken pourrait se retrouver rapidement en danger sur une deux roues dès sa première courbe : l’excès de confiance et d’adhérence que procure la Niken viendrait brouiller dangereusement les cartes. Il faut d’abord bien maitriser une deux roues avant de chevaucher une Niken!

Mais chose certaine, il faut au moins l’essayer une fois pour comprendre. Pour ma part, j’en veux une dans mon garage!

Fiche technique

Marque : Yamaha

Modèle : Niken GT

Prix : 20 999,00 $

Moteur : 3 cylindres en ligne, refroidi par liquide

Cylindrée : 847 cm3

Boite de vitesses : 6 rapports

Entrainement final : Chaine à galets

Suspension avant : Double fourche télescopique inversée (MRA)

Suspension arrière : Monoamortisseur à biellette réglable

Frein avant : Double disque de 298 mm équipé d’un freinage ABS

Frein arrière : Disques de 282 mm équipés de freinage ABS

Pneu avant : 120/70R15

Pneu arrière : 190/55R17

Hauteur de selle : 835 mm

Réservoir à essence : 18 litres

Poids : 267 kg

Couleur : Bleu spectre

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS



Le Salon de la moto de Montréal a attiré près de 33 000 personnes


Harley-Davidson présente la nouvelle Softail Standard


KTM annonce le 4e KTM ADVENTURE Rally Canada


La SAAQ dévoile 14 recommandations pour améliorer la sécurité des motocyclistes


Le Salon de la moto de Québec a attiré 14 000 passionnés


La moto réduit le stress et améliore la concentration

One thought on “Yamaha Niken GT : Le monstre à deux têtes

Répondre à Christian Champagne Annuler la réponse.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *