Lancements

19 septembre 2018

Une moto, deux opinions!!!

Photo: Alessio Barbanti

Envoyer à un ami

fermer

* champs obligatoires

Il est assez rare que nous ayons la chance de rouler un nouveau modèle, deux collègues en même temps, mais dans deux contrées complètement différentes! Eh bien, David et moi avons eu cette chance il y a quelques semaines alors que je me trouvais à Tenerife en Espagne et que lui sillonnait les routes de la Californie au ­guidon de la toute nouvelle Sport Glide 2018.

TENERIFE, ESPAGNE
Par Jean Paré

Quand on me lance une invitation pour faire l’essai d’un nouveau modèle Harley-Davidson au chaud en plein hiver, difficile de refuser!!

C’est donc par une belle journée froide, en fait très froide, que je me dirige vers l’aéroport. Ma destination : Tenerife, une île espagnole de l’archipel des îles Canaries située dans l’océan Atlantique. Avec ses 908 555 habitants, elle est la plus grande et la plus haute des îles : le volcan Teide s’élève à une altitude de 3 718 mètres.

Cinq millions de touristes passent par l’île chaque année, ce qui constitue un apport important à l’économie locale. L’autre source de revenus provient de l’agriculture par la production de bananes, de tomates et de concombres. Santa Cruz de Tenerife est la plus grande ville et la capitale de la province du même nom.

Donc, après un transfert à Amsterdam, j’atterris enfin à l’un des deux aéroports de Tenerife où je retrouve mes collègues canadiens. Direction hôtel où nous pourrons enfin manger convenablement et prendre une bonne douche!

EN ROUTE
Dès le lendemain matin, après un copieux déjeuner et une brève présentation de la moto, la toute nouvelle Harley-Davidson Sport Glide 2018, nous nous dirigeons vers l’avant de l’hôtel où nos montures nous attendent bien astiquées et bien alignées. Nous circulerons en groupe de six pour la randonnée. La température est idéale, 22 degrés Celsius, mais on nous avise de prévoir tout de même des vêtements chauds, car nous allons rouler en altitude vers le volcan, ce qui signifie une baisse de température d’environ sept à huit degrés!!

Je commence donc la journée avec la Sport Glide munie de valises et du petit pare-brise. Ce qui est intéressant de cette moto, c’est qu’on a l’impression d’en avoir deux! Je m’explique : en un tour de main on peut retirer les valises ainsi que le pare-brise. Résultat : une moto plus dénudée qui ressemble étrangement à la Fat Boy. On réinstalle le tout en 30 secondes et voilà qu’on obtient la petite sœur de la Street Glide!!

Aussitôt que l’on démarre la moto, sans clé, le moteur Milwaukee Eight 107 se fait entendre. Un son agréable qui nous provient du nouveau système d’échappement deux dans un, placé haut pour gagner en garde au sol. Nous voilà partis pour notre journée. Rapidement nous nous engageons sur l’autoroute où nous pouvons mettre à l’épreuve la puissance du moteur : il n’y a pas de doute, le moteur 107 fait amplement le travail. J’essaie de me concentrer sur la moto, mais je dois vous avouer que le paysage est vraiment magnifique. Il y a un petit côté désertique au paysage dû principalement à la lave séchée de la dernière éruption du volcan.

Nous nous engageons enfin sur de belles routes sinueuses et commençons tranquillement notre ascension. Tout en regardant le paysage défiler, nous enfilons les courbes et les pentes sans répit : la journée va être physique!! La Sport Glide me surprend vraiment : sous un look de touring se cache une petite sportive très polyvalente avec sa fourche avant inversée et son système de freins ABS qui étonnamment est simple à l’avant, alors qu’un double aurait certainement rehausser le freinage. J’attaque les courbes comme si je pilotais une Sportster et ça marche!! J’apprécie vraiment le nouveau cadre et la suspension des nouvelles Harley.

Nous prenons une pause dans un restaurant qui nous offre comme toile de fond... le volcan!! Je comprends maintenant pourquoi il y a tant de touristes sur cette île : le décor est magnifique, les routes sont belles et la mer est d’un bleu-vert à couper le souffle.

Le repas terminé, nous voilà repartis pour la grande montée!! Au fil des kilomètres, nous sentions la température baisser et le ciel s’ennuager de plus en plus. La vue était vraiment magnifique : inutile de vous dire que l’appareil photo a travaillé très fort!! Après une séance de photo et de vidéo avec le drone, nous reprîmes la route pour nous diriger vers notre hôtel. Encore une fois, la route nous offrit la chance de mettre à l’épreuve nos habiletés de conduite et celles de la moto. Ce fut un réel plaisir. Par contre, j’admets qu’à certains moments, lors de montées ou de dépassements, j’aurais apprécié un peu plus de puissance : un 114 par exemple. Malheureusement, cette option n’est pas offerte pour ce modèle.

À notre arrivée à l’hôtel, question de se faire plaisir, nous sommes descendus sur le bord de la mer avec les motos : c’était divin!! Je peux vous dire que nous avons susciter la curiosité des gens sur la plage : plusieurs sont venus à notre rencontre pour admirer nos montures!!

Comme toute bonne chose a une fin, nous avons dû rebrousser chemin puisque la marée montait et que nous risquions d’être pris sur place avec nos motos. Pas certain que les gens d’Harley-Davidson auraient apprécié.

Une chose est certaine, malgré des heures et des heures d’avion, j’ai apprécié Tenerife et j’aimerais bien y retourner, mais pour plusieurs jours et vraiment profiter de l’endroit : j’aurais roulé beaucoup plus!! Et parlant de rouler plus, je dois vous avouer que j’ai bien aimé la Sport Glide 2018, une moto polyvalente qui vous servira autant au quotidien qu’en voyage. En fait, vous aurez l’impression d’avoir deux motos pour le prix d’une!! Avec un prix de base de 22 299,00 $, c’est beaucoup plus abordable qu’une Street Glide, mais plus dispendieux par rapport aux modèles comparables chez d’autres fabricants.

Espérons que ce modèle connaitra un meilleur sort que la défunte Dyna Switchback. À mon avis, vous risquez d’en croiser pas mal plus sur les routes que dans les salles de montre!!!

LAGUNA BEACH, CALIFORNIE
by David Booth

On ne peut pas dire que Harley-Davidson s’endort sur ses lauriers. Il y a six mois, la firme américaine a apporté les plus importants changements à sa gamme depuis longtemps avec la réunion des Dyna et Softail dans une même ligne, et la présentation de huit modèles tout nouveaux ou révisés en profondeur. En voici maintenant un neuvième.

Cette Sport Glide repose sur la plateforme modernisée de la gamme Softail. Elle arrive après les autres, ce qui veut dire qu’elle a eu droit à quelques mois de développement supplémentaires, et c’est peut être ce qui explique qu’elle s’impose comme la meilleure de toute la gamme Softail 2018. En fait, cette machine de tourisme sportif léger s’avère une de mes Harley préférées de tous les temps.

La première chose que j’ai remarquée, avant même de m’aventurer sur les routes californiennes, c’est que les valises latérales sont plus pratiques que celles de la nouvelle Gold Wing. Je n’ai pas dit plus spacieuses, car même dans leur format réduit pour 2018, celles de la Wing demeurent plus grosses que celles de la Sport Glide. Mais les valises de la Harley – avec mécanisme d’amortissement à l’ouverture du couvercle! – ont une forme intérieure plus fonctionnelle. J’ai pu y mettre mon MacBook plus aisément que dans la Honda. J’ai aussi facilement pu ranger tout le contenu de la valise de bord que j’avais emportée dans l’avion, et il restait assez de place pour les imperméables. Des valises pratiques, verrouillables et élégantes. Bravo Harley!

Tout comme sur les anciens modèles Convertible, les valises et le minicarénage sont facilement amovibles. Harley suppose sans doute que des acheteurs trouveront que la Softail a plus de style sans ses accessoires. Mais personnellement, je la trouve bien plus belle toute habillée.

Le petit carénage offre un niveau de protection acceptable. Il atteint bien son objectif, soit de réduire la pression sur la poitrine tout en laissant circuler l’air autour du casque avec un minimum de turbulences et de bruit de vent.

Côté moteur, le nouveau Milwaukee-Eight est un véritable bijou. Le gros V-2, muni d’une paire de contrebalanciers et vissé directement sur le cadre, sait ainsi se montrer doux quand il le faut, et brasser quand vous voulez un peu plus de personnalité. Contrairement aux Fat Bob et Heritage, la version 114 du Milwaukee-Eight n’est pas offerte sur la Sport Glide, mais avec son couple de 107,6 lb-pi, le 107 de série offre une puissance amplement suffisante, surtout avec une seule personne à bord. Si vous en voulez plus, il faudra vous tourner du côté des accessoires Screamin’ Eagle et passer à 114 po3 en optant pour le Stage IV.

La suspension de la Sport Glide impressionne aussi. La fourche inversée avec amortisseur dans un seul poteau se comporte avec souplesse et efficacité dans toutes les conditions routières, mis à part les plus grosses bosses. On peut dire la même chose de la suspension arrière. Elle fait appel à la version la plus récente et la plus performante du système à monoamortisseur de Harley. On peut ajuster la précharge du ressort avec une molette à commande hydraulique montée au cadre. L’amortissement ne s’ajuste pas à l’arrière ni à l’avant, mais il est bien calibré au départ.

Là où la Sport Glide pourrait se montrer plus performante, c’est du côté du freinage. Comme plusieurs Harley – comme trop de Harley en fait! – cette Softail est livrée avec un seul disque à l’avant. Les designers de Milwaukee expliquent que l’objectif visait à obtenir une vue dégagée de la nouvelle roue avant Mantis « directionnelle », la première du genre livrée sur une Harley autre qu’un modèle CVO. D’accord, mais on s’en biiiip de voir la roue si on ne peut pas freiner à temps pour éviter un épais qui n’a pas fait son stop. Oui, le disque est muni d’un étrier à quatre pistons, mais on en veut quand même deux!

La Sport Glide s’avère la machine qui offre la meilleure conduite de toutes les nouvelles Softail. Vous remarquerez ici aussi que je n’ai pas dit la meilleure tenue de route. Pour cela, il lui faudrait une meilleure garde au sol. La Sport Glide a cependant l’avantage de ne pas être chaussée de pneus ridiculement joufflus comme ceux de la Fat Bob. Avec ses Michelin de format raisonnable – 130/70-18 à l’avant et 180/70-16 à l’arrière – la Sport Glide procure une conduite parfaitement neutre. Les repose-pieds frôleront peut-être le sol un peu trop tôt, mais vous aurez du plaisir à vous rendre jusque-là.

Quant au confort – un aspect essentiel pour toute machine destinée au tourisme –, il se trouve amplement suffisant pour les escapades de fins de semaine. La selle du conducteur est basse (673 mm), large et plate, et le guidon tombe bien en main. À cause de mes lombaires inférieures en piteux état, tous les repose-pieds avancés deviennent inconfortables pour moi au bout d’une heure, mais sinon, je pourrais rouler très longtemps et avec plaisir sur cette machine. Il s’agit essentiellement de ma seule réserve à propos de la nouvelle Sport Glide, et si vous n’avez pas mal au dos, n’en tenez pas compte.

Même son prix se veut raisonnable : 22 299 $, ce qui la situe au milieu de la gamme des Softail 2018. Personnellement, c’est le modèle Softail que je choisirais. Et, Road King mise à part, c’est la meilleure Harley que j’aie jamais essayée.

SPÉCIFICATIONS
Moteur :
V-Twin Milwaukee-Eight 107
Cylindrée : 1745 cc
Alésage x course : 100 x 111 mm
Puissance : 84 ch (62 kW) à 3250 tr/min
Couple : 145 Nm à 3250 tr/min
Longueur : 2325 mm
Empattement : 1625 mm
Angle/châsse : 30° / 150 mm
Pneu Avant : 130/70 B18
Pneu Arrière : 180/70 B16
Hauteur de selle : 680 mm
Réservoir essence : 18,9 litres
Poids : 317 kg
Couleurs : Noir “Vivid”, Rouge “Twisted Cherry” ou Argent “Fortune”
Prix : à partir de 22,299$