Éditorial

25 juin 2018

Courses Inc.

Envoyer à un ami

fermer

* champs obligatoires

C’est simple les courses, non? Le pilote le plus rapide arrive le premier au drapeau! Puis vous lisez ses exploits que je rapporte dans Paddock et la vie est belle…
D’accord, peut-être qu’il y a plus que ça dans la réalité. Vous savez sans doute que l’an dernier, j’ai fondé mon équipe CSBK pour développer de nouveaux talents. De jeunes nouveaux talents plus exactement. Avec Xavier Paradis, le fils de Marc qui sévit comme moi dans les pages de Moto Journal, au guidon de ma Ninja 300, nous avons causé la surprise au championnat réservé aux petites Kawasaki. Ma recrue de 15 ans s’est présentée au podium après chacune des dix courses de la saison, dont quatre fois pour fêter la victoire. Pas mal pour un nouveau que personne n’attendait. Cette saison de rêve a dévoilé un pilote talentueux qui peut aspirer à progresser et qui a pu se mesurer à la compétition américaine, et même mondiale après la saison CSBK, avec une participation en RC Cup du championnat MotoAmerica et sa participation, en Espagne, à la sélection donnant accès au championnat Red Bull MotoGP Rookies Cup.

Tout ça s’est produit après un coup de tête de ma part. J’ai pris la décision à moins d’un mois du début de la saison CSBK de lancer le Projet Le Racer Kawasaki Ninja 300 CSBK. Marc et Isabelle ont eu à prendre une décision rapide après mon invitation pour Xavier, et puis c’était parti; la vie de la famille Paradis ne sera plus jamais la même. Vincent, le frère aîné de Xavier, en sait quelque chose aussi; il contribue de son temps et a même fourni son ensemble de cuir pour les premières fins de semaine de course de Xavier.

J’avais la moto et les carénages de piste, mais pas grand-chose de préparé. Avec tout à faire en trois semaines, j’ai fait des pieds et des mains pour aligner une moto passablement compétitive sur la grille. La réglementation de la classe d’entrée du CSBK me facilitait la tâche et, avec mes deux semaines de vacances passées à l’atelier et à chasser les pièces requises, le résultat fut somme toute assez concluant.

J’en suis maintenant à préparer la saison 2018. Exit la classe Kawasaki Ninja 300 Spec Series au CSBK, remplacée par la catégorie Lightweight ouverte à différentes marques de moto et dont les détails des règlements sont toujours inconnus.

Une chose que je connais quand même passablement bien est le budget requis pour une saison, même si la préparation de la, ou des motos, reste floue. En 2017, je n’avais pas le temps de planifier, seulement de trouver les solutions pour avoir tout ce qui est nécessaire pour bien performer. Nous avons eu l’appui de commanditaires et partenaires qui ont sauté dans le train en marche et que je dois remercier grandement; sans eux, j’aurais croulé sous les factures! Pour le reste, Marc et Isabelle ont contribué pour les dépenses courantes, les bourses ont couvert une partie des déplacements, et j’ai un rappel chaque mois d’où la balance de ce budget improvisé est provenue. Je me demande si avec de beaux logos Visa sur la moto, j’aurais eu droit à un rabais…

Pour la saison à venir, je vais donc faire comme j’ai toujours fait pour être en mesure de courir lors de ma carrière; monter un plan financier qui tient la route. Cette première saison, je la vois comme un investissement pour lancer le projet. Nous avons maintenant un champion canadien de la dernière saison de la série Ninja 300 comme carte de visite. La crédibilité et la visibilité viennent avec les titres, vous savez.

Je multiplie les rencontres et contacts avec de potentiels commanditaires et les partenaires de cette saison 2017 fructueuse sont de retour avec du budget pour nous, prévu dans leur planification marketing cette fois plutôt qu’à l’arraché.

Nous visons le championnat Lightweight du CSBK, bien sûr, mais je veux aussi préparer la suite. L’âge minimal en CSBK, 15 ans, limite le développement, mais j’ai au moins deux prospects de 14 ans que j’espère mettre en piste lors des courses d’autres séries où ils pourront goûter à la compétition. Et puis, la série MotoAmerica passe aussi à une classe Lightweight cette saison. Xavier et moi avons des comptes à régler avec cette série, je crois. Il va sûrement y avoir quelques courses que l’on pourrait tenter de faire…

Avec le budget vient une bonne préparation et je promets que nous serons prêts!