Lancements

21 juillet 2017

BMW G310R: La petite merveille

Envoyer à un ami

fermer

* champs obligatoires

BMW débute en lion sur le marché des petites cylindrées.
Depuis quelques années, la plupart des fabricants nous ont offert des petites cylindrées, mais BMW n’avait pas encore attaqué ce marché. C’est maintenant chose faite avec la G310R, la première moto vraiment d’entrée de gamme offerte chez BMW Motorrad.

Lorsque je l’ai aperçue, j’ai été étonné par sa taille et son look. Cette moto de 313 cc n’est en fait pas si petite. Elle a plutôt l’air d’une moto beaucoup plus puissante, ce qui devrait plaire aux consommateurs débutants, de petit gabarit ou simplement avec un budget limité. Égo oblige, on a conçu une moto pour ceux qui ne veulent pas avoir l’air de rouler une petite moto. En fait, la G310R peut plaire à beaucoup de gens.

Les modèles qu’on nous a présentés étaient de couleur blanche avec des accents rouges et bleus, offrant un look « course » plutôt réussi. Le phare avant de forme irrégulière et les ailettes entourant le devant du moteur ainsi que les ailettes de fourches ajoutent au look haut de gamme de cette moto. Avec sa selle placée à 785 mm, je me suis tout de suite senti à l’aise avec mon gabarit de 5 pi 10 po, mais je me suis demandé si un pilote de plus de 6 pi y serait aussi à l’aise. On m’a confirmé qu’une selle « confort » et un peu plus haute ainsi qu’une selle plus basse étaient offertes en option afin de répondre à tous les besoins. On réalise chez BMW qu’une telle moto se doit de répondre à un large éventail de riders.

Le petit moteur de 34 chevaux est coupleux et permet des départs étonnants. En exploitant bien à fond chacun des six rapports, on réussit une accélération décente et un peu au-dessus de la moyenne de cette catégorie de moto. À 100 km/h sur les autoroutes californiennes et un rpm à environ 6700 tr/min, la moto est stable et confortable et on sent qu’il y a encore assez de puissance pour faire des dépassements en toute sécurité. Je n’ai pas osé tourner la poignée à fond, mais j’ai quand même pu facilement faire des accélérations jusqu’à 145 km/h sans ressentir que la moto était au-dessus de ses capacités. En fait, ce n’est qu’autour de 115 km/h que j’ai senti une légère vibration passagère dans le guidon et les repose-pieds. Malgré le rythme soutenu de notre randonnée, la consommation d’essence était minime. En utilisation normale, on doit être près des 3,33 l/100 km stipulé par BMW. Avec un réservoir de 11 litres, on aura donc une autonomie de près de 330 km. Pas mal du tout!

Le moteur souple est très agréable quand on circule en zones urbaines. On ne ressent aucune chaleur excessive à l’arrêt et le son des échappements est agréable. En plus d’installer le carter devant le moteur, les ingénieurs allemands ont basculé le moteur vers l’arrière et l’ont inversé pour une répartition du poids un peu plus vers l’avant. Ceci ajoute à l’agilité de la moto et en fait une monture qu’on se plaît à « flipper » d’un bord à l’autre dans les courbes serrées.

Les freins de marque Bybre, la filiale indienne de Brembo, offrent un niveau de freinage acceptable, mais il faut quand même serrer fortement le levier si on veut freiner rapidement. Encore une fois, ce n’est pas une moto de course mais avec mon poids de 175 livres plus les 348 livres de la G310R, le freinage a été adéquat sur la majorité du tracé.

La suspension n’est pas réglable et on l’a bien sûr conçue pour répondre à un large éventail d’utilisations. On ne doit donc pas s’attendre à la rigidité d’une suspension de course. Elle réagit quand même très bien pour une utilisation normale et son niveau de confort m’a même étonné lorsque la chaussée était bosselée ou trouée. Par contre, lors des freinages brusques dans les enchaînements de courbes en descente dans les collines californiennes, j’ai senti une légère perte d’adhérence sur le pneu arrière. Par contre, la fourche inversée répondait parfaitement aux changements de direction et aux freinages intenses que je lui imposais et contribuait fortement au plaisir de conduite. Bien sûr, en utilisation sportive, on constate rapidement que cette moto n’est pas faite pour ça, mais par contre, sa légèreté et son empattement court en font quand même un jouet fort habile et plaisant dans les courbes serrées. Certainement un bon point de vente pour le novice.

Bien sûr, ça demeure une petite moto avec tous les inconvénients que ça implique. On n’a presque aucune protection au vent, la moto est moins visible dans le trafic et on peut manquer de puissance quand on veut clencher. En revanche, la G310R est très confortable, souple, compétente et jolie. Elle est aussi l’outil idéal pour se déplacer dans la circulation urbaine. Tous de bons arguments de vente pour un nombre de plus en plus élevé de pilotes.

La petite BM(W) rendra heureux une multitude d’acheteurs : ceux qui recherchent une moto pas chère et peu coûteuse à assurer et à immatriculer ainsi que ceux qui cherchent une moto rassurante pour débuter. Il y aura aussi ceux qui ont un budget limité à investir, mais qui recherchent quand même la qualité d’une marque premium ainsi que les pilotes de petit gabarit qui apprécieront sa légèreté et sa garde au sol.

La G310R sera offerte l’été prochain en bleu ou noir ou en blanc comme sur nos photos et les consommateurs voulant plus de luxe que celui offert sur la version de base auront le choix entre une béquille centrale, des poignées chauffantes, des sacoches de réservoir et des sacoches latérales, une prise 12 volts et des clignotants aux diodes électroluminescentes (DEL) plus voyantes.

Avec cette bonne petite plateforme, BMW nous sortira sûrement des modèles aux compétences diverses comme il l’a fait avec la R nineT. D’ailleurs, on a hâte de rouler la G310GS dès qu’elle sortira des usines.

Dans une catégorie qui commence à être bien remplie, le géant de Munich fait le pari de prendre sa place au soleil et de s’accaparer une part de ce marché convoité où la souplesse est le mot-clé. BMW a prouvé avec sa fabuleuse S1000R qu’elle est capable de très bien faire du premier coup quand elle vise une nouvelle catégorie et elle détient en la G310R une nouvelle moto pour refaire le coup dans les petites cylindrées. En plus, avec un prix de 5250 $ et une garantie de trois ans, nul ne peut se plaindre qu’il (ou elle) n’en a pas pour son argent.