Evaluation

12 décembre 2016

Rev'It Ignition 2

Envoyer à un ami

fermer

* champs obligatoires

Une veste encore plus polyvalente, mais sans être parfaite
Le rôle premier des vêtements de moto est de protéger le pilote contre les éraflures et les blessures. Mais on s’attend aussi à ce qu’un bon vêtement offre une excellente protection contre les intempéries dans une grande variété de conditions météo. Par exemple, dans la petite ville italienne de Bormio, là où débute la route vers le plus fameux col des Alpes, le Stelvio, la température estivale atteint souvent les 30 et même 35 degrés Celsius. Mais dès que vous commencez à enfiler les 48 virages en épingle qui mènent au sommet, le mercure baisse rapidement et il se peut très bien qu’il fasse moins de 10 degrés là-haut, avec une bonne dose de vent glacé en prime.

En pareil cas, on pourrait opter pour une combinaison de cuir pour un maximum de sécurité. Mais en pratique, vous vous sentiriez comme dans un presto à Bormio, et comme un Popsicle au sommet... La solution, bien sûr, c’est d’avoir des vêtements polyvalents côté isolation thermique tout en offrant une bonne protection.

La plupart des manufacturiers ont abordé ce problème en créant des vestes avec une coquille externe dotée de sections en tissu à mailles espacées, qui respire, et des couches intérieures pour protéger de la pluie et du froid. Jusqu’à récemment, toutefois, ces couches étaient fusionnées dans une même doublure intérieure. Cette approche convient très bien par temps froid et pluvieux, mais elle s’avère inconfortable en cas de pluie par temps chaud : mettez la doublure et vous vous retrouvez trempé de transpiration; enlevez-la et vous vous retrouverez trempé par la pluie. D’où l’utilité d’une veste à trois couches individuelles : coquille aérée, couche imperméable et doublure thermique.

Il y a cinq ans, quand j’ai commencé à magasiner pour trouver une veste de ce genre, il y avait peu de choix sur le marché. Les modèles disponibles étaient confortables et bien conçus au niveau de l’aération, mais ils n’étaient pas dotés de systèmes de protection sophistiqués et de cuir résistant à l’abrasion aux endroits les plus vulnérables comme les coudes, les épaules et le dos. J’ai tout de même acheté quelques-unes de ces vestes, que j’ai souvent améliorées en ajoutant des éléments de protection cannibalisés sur d’autres vestes. Mais je rêvais toujours de trouver un modèle à trois couches de qualité supérieure.

C’est maintenant chose faite.

La plus récente veste à trois couches de Rev’It s’appelle l’Ignition 2; il s’agit d’un modèle légèrement amélioré par apport à l’Ignition tout court. Essentiellement, il bénéficie de nouveaux renforts de cuir costauds au niveau des coudes et des épaules pour mieux résister à l’abrasion et d’un des meilleurs systèmes d’armure après ceux de Dainese. Ajoutez à cela une pochette pour un protecteur de dos SeeSoft CE de niveau 2 et un Cordura au tissage plus serré et vous obtenez une veste à la protection accrue.

De plus, si on fait exception des Dainese et des incomparables Rukka, l’Ignition 2 est certainement la veste en textile la mieux construite que j’ai jamais essayée. Elle dégage une impression de haute qualité, notamment au niveau des coutures et des fermetures éclair.

L’Ignition 2 n’est toutefois pas sans défauts. Le premier concerne le format à la taille, pour le moins généreux. On peut compenser un peu avec les bandes velcro, mais nous, les hommes à la taille mince, avons de plus en plus de difficultés à trouver des vêtements bien adaptés à notre physionomie.

Le second résulte des compromis qu’on a dû faire pour augmenter la protection. Le Cordura au tissage plus serré et les empiècements de cuir réduisent un peu la circulation d’air par rapport aux tissus aérés traditionnels. Lors d’une randonnée sur un bagger à petit carénage par 30 degrés, l’Ignition 2 laissait passer un agréable courant d’air; avec une machine de tourisme à carénage intégral et 40 degrés, vous trouverez qu’elle manque d’aération.

Cela dit, il s’agit là d’un compromis auquel tous les fabricants de vestes sont confrontés. Finalement, le seul réel défaut de conception de l’Ignition 2 est relié au protecteur dorsal intégré. Pour une raison que je ne peux pas m’expliquer, Rev’It a opté pour un protecteur très court. Il commence au cou, mais sa couverture s’interrompt au tiers inférieur du dos, ce qui laisse les lombaires inférieures sans protection. Pourtant, on voit qu’il y aurait l’espace pour une pochette plus profonde. Par ailleurs, la coupe au niveau du dos est plus longue que sur les autres vestes aérées que j’ai possédées, ce qui fait qu’elle couvre bien le bas du dos quand on s’accroupit en position de conduite sportive.

Somme toute, l’Ignition 2 constitue un pas en avant pour les motocyclistes qui veulent un bon niveau de protection et la polyvalence d’une veste qui s’adapte à différentes conditions climatiques. Son prix : 689,99 $.