Essais

30 juin 2016

Ducati Hypermotard SP: Machine sauvage

Perchée à 890 mm du sol, la selle de la SP est aussi haute que celle de la BMW R1200GS Adventure, ce qui veut dire qu'elle est vraiment haute...

Envoyer à un ami

fermer

* champs obligatoires

Attention si vous voulez garder votre permis
Pour commencer cet essai, j’ai décidé de me rendre en Hypermotard SP à une fête foraine automnale où je vais chaque année avec joie. La SP est offerte à 16 195 $, soit 3000 $ de plus que le modèle de base. Pour ce montant supplémentaire, vous obtenez une peinture spéciale, un amortisseur Öhlins à l’arrière (fourche Marzocchi à l’avant), 25 mm de débattement en plus, des roues forgées Marchesini, des pneus Pirelli Diablo Supercorsa SP (au lieu des Rosso II), un guidon en aluminium et des composantes en fibre de carbone. La SP affiche un poids de 194 kg, soit 4 de moins que la version de base. Notre modèle d’essai était muni de valises semi-rigides offertes en option pour environ 1000 $.

La selle de la SP est perchée à 890 mm du sol, soit à la même hauteur que celle de la BMW R1200GS Adventure (sur la version de base, on peut l’ajuster entre 850 et 870 mm). Voilà qui est haut, très haut, et même si je suis grand, je pose de justesse les deux pieds au sol.

Je tourne la clé, je jette un coup d’œil au petit écran ACL (difficile à lire dès qu’on roule un peu vite) et je sélectionne le mode Sport (il a aussi des modes Pluie et Course). En appuyant sur le démarreur, le V-2 Testastretta de 821 cc s’anime aussitôt, mais je réalise tout de suite qu’il ne répond pas comme il le devrait. Déjà au ralenti, il donne l’impression de manquer désespérément d’essence.

Les moteurs de Ducati n’aiment pas trop tourner à bas régimes, mais celui-ci semble encore plus mécontent. Je tire sur le levier d’embrayage à l’action légère, j’enclenche la première et je pars. En bas du cap des 3000 tr/min, le moteur rechigne et toussote comme un vieux cheval. Il s’adoucit un peu par la suite et ce n’est qu’à partir de 5000 tr/min et plus que son tempérament de pur-sang refait surface. (Ces symptômes typiques d’un problème d’alimentation en essence persisteront pendant tout l’essai, peu importe le mode de conduite sélectionné. Par la suite, j’ai piloté une autre SP, ce qui m’a permis de confirmer que c’est notre machine d’essai qui était problématique. Cela dit, la deuxième SP protestait tout de même un peu elle aussi à bas régimes.) La SP offre une position de conduite spacieuse, avec le torse relevé, à la façon des motos d’aventure.

Dès que les petites routes se mettent à serpenter, la SP sollicite directement mon hooligan intérieur. Le train avant réagit un peu nerveusement quand les courbes se succèdent à un rythme rapide. Cette Hypermotard est une machine au tempérament fébrile – parfois je me sentais comme un enfant en selle sur un colibri dans le film Chérie, j’ai réduit les enfants... Heureusement, le guidon large permet de bien diriger la bête, mais il faut tout de même utiliser l’accélérateur et les freins avec doigté pour demeurer en contrôle total. À l’avant, le freinage est assuré par de puissants étriers Brembo monoblocs. Si vous les sollicitez avec énergie, vous sentirez le nez plonger sensiblement (on peut réduire cet effet en raffermissant la fourche). La machine est dotée de l’ABS et d’un système antipatinage.

Dans les bouts droits, on oublie vite le côté un peu nerveux de la SP, car son moteur est un pur délice (tant qu’on garde le régime assez élevé). En tordant l’accélérateur, les 110 chevaux promis par Ducati se bousculent et la machine bondit avec entrain. On peut facilement faire lever la roue avant, et la musique qui sort du silencieux trapu est rauque à souhait. Pour certaines personnes, la combinaison de tous ces attributs crée un pur enchantement; pour d’autres, c’est la définition même de la machine à éviter. Pour ma part, dans la belle lumière d’après-midi de cette fraîche journée d’automne, c’est l’enchantement total.

La randonnée est extrêmement agréable, mais fatigante. La selle est ferme et il n’y a pas de protection contre le vent. De plus, compte tenu du style de pilotage qu’inspire cette machine, j’ai peur de perdre mon permis en prenant la route du retour... En fait, je me dis que ce serait bien que Ducati fasse une version un peu plus conviviale de ce modèle, notamment avec un pare-brise peut-être...